Newsletter

Censored est une newsletter hebdomadaire mêlant actualités sociétales, politiques, culturelles et artistiques. Chaque semaine, vous recevez des informations sur l’actualité mais aussi des rélfexions et idées autour du féminisme, des interviews et de nombreuses recommandations culturelles.

Archive

08/05/22

« La révolution éditoriale sera féministe »

Quel intérêt pour l’édition indépendante et féministe d’agir collectivement aujourd’hui ? L’éditrice, autrice et journaliste Juliette Rousseau, aux côtés d’autres professionnel.les du secteur, ont décidé de créer « Éditer en féministes ». Dans un domaine plus que jamais en proie à une logique capitaliste, le collectif souhaite questionner et repenser le fonctionnement des structures éditoriales, et en dévoiler les manquements sous un prisme économique et féministe.

01/05/22

« Fémonationalisme : le racisme au nom des femmes »

De nombreuses femmes utilisent une rhétorique raciste et islamophobe au nom des droits des femmes, et de leur sécurité : c’est la définition même du fémonationalisme. Cet argumentaire infuse de plus en plus les médias et les sphères politiques, sans y rencontrer d’opposition concrète. Quels mécanismes ont permis sa mise en place ?

24/04/22

« Irene : le féminisme sera révolutionnaire ou ne sera pas »

Qu’est-ce que le fascisme ? Comment, encore aujourd’hui, impacte-t-il les générations qui lui ont survécu ? Irene est anarcho-féministe, et a grandi aux confins des cultures basques, françaises et espagnoles. Hilaria était son arrière-arrière-grand-mère : basque et veuve, elle était là quand le franquisme a renversé le pouvoir en Espagne pour y instaurer une dictature, il y a plus de 80 ans. Dans cet ouvrage, Hilaria est figure de mémoire, et de résistance. Une résistance féministe, anti-capitaliste, populaire, anarchiste, antifasciste. Une résistance qui appelle les luttes d’aujourd’hui au féminisme révolutionnaire, dans une Europe où le fascisme, traumatisme ignoré, menace de refaire surface.

17/04/22

« Nos papiers politiques »

À l’heure des grands médias et des réseaux sociaux, la politisation via les plateformes audiovisuelles ne cesse de s’accentuer. Pourtant, des magazines queers et féministes comme Censored continuent d’émerger. La question mérite d’être posée : quel sens y a-t-il aujourd’hui à imprimer nos idées sur papier ?

27/03/22

« Tuer l’ange du foyer »

Au 20ème siècle, les mouvements féministes se multiplient et prennent de l’ampleur. L’idée que les femmes soient reléguées à l’entretien du foyer est réfutée, l’idéal de « la bonne épouse » est dénoncé. Mais pour profiter à qui, sinon à la bourgeoisie ?

20/03/22

Queeriser sa dernière demeure

À quoi ressemblerait la mort en dehors du patriarcat ? En 2016, cette question émerge dans un nouveau courant de pensée. Il repense une mort plus écologique, plus inclusive, plus féministe. Bienvenue dans le monde des Queer Death Studies.

13/03/22

L’hydroféminisme, lutter depuis les abysses

Pourquoi l’eau est-elle un terrain de luttes ? Cette question est soulevée par l’hydroféminisme. L’eau se souvient, porte en elle la mémoire des corps et des matièresn soigne. Et certaines figures artistiques et philosophiques cherchent, aujourd’hui, à en démontrer l’importance.

27/02/22

« Rêver d’une utopie, c’est déjà se mettre en rébellion face au monde »

Valentin Noujaïm est réalisateur. Dans ses films, il aime parler d’amour, de révolution, ou des deux en même temps. Par-dessus tout, il veut raconter des histoires. J’ai pu visionner son dernier court-métrage, Les Filles Destinées : trois filles vont disparaître et découvrir le paradis. Un cabaret mauve, queer, dont les personnages performent à travers leurs maquillages, leurs costumes, leur existence. Le film de Valentin Noujaïm fait le récit d’une disparition : celle d’une communauté qui se cache pour sa sécurité, pour son plaisir, pour exister. Achevé en juin dernier, le court-métrage a été envoyé aux festivals de Cannes, puis à la Berlinale. Aucun des deux ne l’a accepté.

20/02/22

Trimballer nos sacs de questions

« Pas besoin d’avoir lu toute une bibliothèque féministe ni d’avoir un bac+5 pour avoir le droit d’être en colère ». D’abord il y a cette colère. Celle qui fait souvent naître des convictions et qui éveille des consciences collectives. Celle qui galvanise des foules et les réunit dans les rues, ou dans des espaces virtuels. Celle qui pousse à agir, à créer des comptes Instagram, des médias, à écrire des livres, celle qui place tout le monde au même niveau de légitimité : le droit à la colère. Puis vient le temps des questions : celles qui se posent lorsque, sur les réseaux sociaux, les casquettes se multiplient. Activistes, travailleur.euses sociales, entrepreneuses, influenceur.ses : d’où parlons-nous lorsque l’étiquette “féministe” vient s’accoler sur notre front ?

13/02/22

L’histoire du commando saucisson des lesbiennes du MLF

Connaissez-vous l’histoire des lesbiennes qui se battaient avec des saucissons ? « Un saucisson n’est pas dangereux, mais bien manié, ça peut faire mal ». Cette semaine, Censored raconte une histoire d’activisme assez peu conventionnelle ayant eu lieu à deux reprises en 1971 et initiée par Françoise d’Eaubonne au sein du MLF : le commando saucisson.

06/02/22

La Clef, c’est l’urgence ?

Occuper un lieu en communauté revêt un enjeu féministe. Mieux : réfléchir et appliquer de nouvelles formes de vie en communauté est féministe. Cela ne se joue pas uniquement dans la projection de films émergents, ou par la présence de réalisateurices engagé.es. La véritable clef, celle qui ouvre toutes les portes, est ailleurs : dans le dialogue et l’organisation horizontale mise en oeuvre. C’est là que la lutte féministe intersectionnelle prend sens : dans la dé-hiérarchisation des rapports.

30/01/22

Décentraliser notre regard sur la création

D’abord, il y a le mythe. Celui qui érige Paris comme lieu de tous les possibles. Correction : comme seul lieu de tous les possibles. Quand on travaille dans la création et l’art, la capitale représente dans l’imaginaire commun un passage obligé. Pour le réseau, pour le nombre de salles d’expo, pour la proximité entre les lieux culturels. Sauf que, surprise (non), il existe une création hors Paris. J’ai voulu rencontrer ses acteurices pour comprendre comment le centralisme parisien impacte leur quotidien et leurs initiatives artistiques.

21/01/22

Barbe Bleue : le pouvoir émancipateur de ses réécritures

Le conte de Barbe Bleue, récit symbole des violences faites aux femmes, fût réécrit de nombreuses fois. Entre émancipation des droits des femmes et backlash, comment Barble Bleue est-il devenu l’objet d’une réappropriation féministe du conte traditionnel ?

09/01/22

Sophie Lewis : le féminisme contre la famille

Dans le numéro Censored sur le thème de la transmission se trouve un article intitulé « Abolir la famille nucléaire, le futur du féminisme ». Se référant aux théories sur le travail domestique de Silvia Federici, la vision de la parentalité de Donna Haraway ou encore Paul B. Preciado, l’article se concentre également en grande partie sur la pensée de l’autrice Sophie Lewis, qui publiait en 2019 Full Surrogacy Now! Feminism Against Family. Sophie Lewis y analyse toute gestation comme un travail devant être reconnu comme tel, non pas comme une fin en soi mais comme “stratégie de démystification nécessaire” pour lutter contre le patriarcat. La cellule familiale hétéronormée, les “liens de parenté” naturels et la figure maternelle ne vont plus de soi et sont décrits comme une forme de privatisation de la reproduction sociale, ouvrant droit aux violences domestiques, à la binarité du genre et socle du capitalisme. Entretien avec Sophie Lewis.

19/12/21

Portrait de Nanténé Traoré

“Je crois que pour écrire il faut regarder, beaucoup”. Écrivain et photographe, Nanténé Traoré sortira le 7 janvier “La nuit t’arrache à moi”, long poème publié aux éditons gorge bleue. Pour l’occasion, son portrait fait l’objet de la newsletter de la semaine. (Crédit photo : Arkadiy Garaev)

12/12/21

Out d’or 2021 : « L’objectivité, c’est la subjectivité des dominants »

Ce jeudi 9 décembre, l’Association des Journalistes LGBTI (AJL) célébrait le temps d’une soirée les Out d’Or, comme chaque année depuis 2017. La cérémonie a pour but de récompenser les médias et professionnel.les des médias ayant participé, durant les douze derniers mois, à la visibilisation des communautés LGBTI. Censored s’est entretenu avec les co-présidentes de l’AJL, Rachel Garrat-Valcarcel et Ingrid Therwath.

05/12/21

La sélection de Noël de la rédaction

Cette semaine, la newsletter est collaborative ! Curation de nos lecteurices et de l’équipe Censored, voilà de quoi vous donner des idées tout en soutenant la création féministe indépendante.

28/11/21

L’écriture inclusive et la ponctuation poétique

La semaine dernière, Le Petit Robert annonçait l’intégration du pronom « iel ». Nombreuses furent les réactions dans les médias et ailleurs, raison pour laquelle Charles Bimbenet, directeur général des éditions Le Robert répondait dans le blog Dis-moi Robert. “La mission du Robert est d’observer l’évolution d’une langue française en mouvement, diverse, et d’en rendre compte. Définir les mots qui disent le monde, c’est aider à mieux le comprendre.”

21/11/21

Comment s’aimer aujourd’hui, comment s’aimer demain ?

Le 21 novembre, le festival suisse Les Créatives organise un échange entre l’écrivaine Maggie Nelson et la journaliste Pauline Verduzier, également autrice de Vilaines filles : les travailleuses du sexes, les clientes et la journaliste. Toutes les deux questionneront le fait « d’aimer », sur ce que cela engage et signifie aujourd’hui. À cette occasion, nous voulions aborder avec vous le parcours de l’autrice, et la manière dont elle et d’autres figures littéraires ont révolutionné nos définitions de l’amour.

14/11/21

Fear of a Female Planet

Punk, rap et féminisme : le premier laboratoire créatif de Virginie Despentes s’appelait Straight Royeur et son acolyte Cara Zina retrace leurs années lyonnaises dans un nouveau livre, Fear of a Female Planet.

07/11/21

Faire corps

Une quinzaine d’oeuvres, réunies dans une exposition féministe, inclusive et intersectionnelle. C’est le pari fait par la commissaire d’exposition et critique d’art Camille Bardin, membre du collectif Jeunes Critiques d’Art et fondatrice du podcast Présent.e.

24/10/21

Lastesis, Rita Segato et les violences de genre

À l’occasion de la venue des activistes chiliennes Lastesis en France, zoom sur Rita Segato. Anthropologue, activiste et professeure spécialisée dans l’analyse des thématiques liées aux violences de genre, l’écrivaine est considérée comme pionnière de la réflexion latino-américaine mêlant féminismes et colonialisme.

14/10/21

Pourquoi tant d’auteurices n’ont jamais été traduit.e.s en français ? Interview de Noémie Grunenwald

Julia Serano, Dorothy Allison, bell hooks, Sara Ahmed… Noémie Grunenwald côtoie et remanie le verbe de grands noms de la pensée féministe en se faisant passeuse d’histoires, intermédiaire précieuse sans laquelle nous ne connaîtrions rien de certains bouleversements intimes, politiques, sociétaux. Profession invisibilisée, on ne retient bien souvent que le nom de l’auteur.ice : Sur les bouts de la langue : Traduire en féministe/s (éd. La Contre Allée) est un livre aussi précis que poignant pour prendre conscience de l’immense enjeu des traductions de certains textes et de leur pouvoir sur nos sociétés et nos vies, à commencer par celle de Noémie Grunenwald. Interview issue du numéro Censored sur la transmission, paru fin septembre 2021.

10/10/21

Un an après #MusicToo, de l’émotion à l’action

Il y a maintenant 1 an émergeait du silence assommant des salles fermées de nombreuses voix : celles des personnes discriminées et violentées en raison de leur genre. 1 femme sur 3 travaillant dans le secteur musical a été victime de harcèlement sexuel*. De l’autre côté de la scène, le constat est tout aussi préoccupant : en France, presque 1 personne sur 2 fréquentant des lieux festifs déclare avoir déjà été victime d’agressions sexuelles. Compte-rendu du workshop “A Rider.e for the future music industry” organisé par European Lab à Bruxelles.

23/09/21

Hériter d’un nom

« Pour elles, plus rien ne va « de soi » : les principes qui avaient régi la vie des générations antérieures sont remis en question. Les modèles maternels, s’ils ne sont pas reniés, ne suffisent cependant plus à inspirer les nouvelles identités. »
Françoise Collin, Un héritage sans testament

16/09/21

ARCHIVE = VIE, une interview de Sam Bourcier

Sociologue, auteur, activiste queer et transféministe mais aussi prof à la fac en études queer et gender studies, journaliste et French bulldog lover comme l’indique son compte Twitter, Sam Bourcier milite depuis plus de vingt ans pour la création d’un lieu qui rassemblerait les archives des minorités sexuelles et de genre. Depuis 2017, avec le collectif archives LGBTQI+, ils espèrent l’ouverture en île-de-France d’un centre qui serait communautaire et autonome, un lieu de vie, de sauvegarde et de transmission des mémoires. Par la journaliste Claire Corrion.

02/07/21

La dernière de la saison : Dorothy Allison

Dorothy Allison est une autrice et activiste féministe lesbienne radicale. Dans Deux ou trois choses dont je suis sûre, elle raconte les femmes de sa famille – mère, sœurs, cousines, filles et tantes –, rendant hommage à leur force, leur humour, leur beauté et surtout leur détermination obstinée face au quotidien qui les accable.

25/06/21

Kiyémis : “Ne plus réclamer, créer”

Dans cette newsletter, Censored a retranscrit la table ronde “Construire de nouveaux imaginaires inclusifs : esthétique, genre et graphisme” réunissant la poétesse Kiyémis ainsi qu’Iris Schleinitz et Enzo Le Garrec, membres de læ collectifve Cybersistas qui s’est déroulée à la BPI. Iels ont parlé de l’importance de l’écriture inclusive tant sur le fond que sur la forme, et nous ont rappelé que l’argument “c’est moche” pour discréditer l’écriture inclusive, est “un rappel à l’ordre basé sur un système de valeurs complètement arbitraire”

18/06/21

Le couteau suisse que je n’ai pas le choix d’être

Chez Censored, on a été obligées d’apprendre un métier et de ne compter que sur nous-mêmes pour pouvoir faire passer nos idées et les porter aussi loin que possible. Dans cette newsletter, nous revenons sur le concept du Do it Yourself, né d’une violence, celle d’être invisibilisé.e et abandonné.e lorsque ni les institutions ou les système éducatifs ne prennent en compte nos vies et leur complexité.

11/06/21

Pour une révolution culturelle

Cette semaine Censored publie un manifeste pour résumer ce qui nous guide : Parce que se revendiquer “INTIME ET POLITIQUE” ça veut dire créer un espace cathartique pour oser dire nos silences, grâce aux mots et grâce à l’art. Parce qu’on n’a pas envie de fame ni de coller aux tendances fem(washing) et que tout ce qu’on publie, on le fait parce que ça nous a pris aux tripes ou pour aider nos soeurs…

04/06/21

Se réapproprier les silences : la parole aux concerné.e.s

Les médias mainstream détiennent un immense pouvoir sur les narrations et les imaginaires qui construisent notre société. Quelle est la responsabilité des médias qui détiennent l’influence et le pouvoir de rendre visible ? Comment les activistes organisent leurs stratégies narratives ? Lutter à la marge ou au centre ? D’où parler pour que la puissance des narrations se transforme en action ?
Anthony Vincent, Elvire Duvelle-Charles et Lexie étaient réuni.e.s à pour en discuter aux côtés de Clémentine Labrosse, à l’occasion d’une table-ronde organisée par Censored pour la campagne de financement participatif.

28/05/21

Le syndrome de la Schtroumpfette

Nous avons choisi de parler cette semaine du texte d’Ovidie sur ce qu’on appelle « le syndrome de la Schtroumpfette ». Il est ici question de rivalité entre femmes dans le monde hétéro, de crêpage de chignon dans la course à la séduction. Il s’agit aussi de comprendre que la sororité est une tactique de résistance, mais aussi une révolution qui s’apprend et qui doit nous inclure toutes, sans quoi elle n’est pas possible.

28/05/21

Dans l’entretien des cheveux crépus, la sororité naît

Cette semaine, nous publions le texte de l’artiste et journaliste Audrey Couppé de Kermadec intitulé “Dans l’entretien des cheveux crépus, la sororité naît”. Elle y raconte les moments d’intimité partagés entre femmes, familières ou inconnues, qui ont passé leurs mains dans ses cheveux afro pour les coiffer. Une histoire de partage, de bienveillance et d’acceptation de soi.

22/05/21

Entre chien et loup

La partie émergée de l’iceberg, comme on dit, remonte lentement à la surface. Concrètement, de l’ampleur de l’inceste, nous n’avons rien d’autre que des chiffres inexacts et des prises de paroles aussi rares que courageuses. Nous baignons dans l’incertitude comme dans la merde qui nous entoure et dont rien ne nous sépare, pour reprendre l’expression de Virginie Despentes.

21/05/21

Do women have to be quiet to get on Instagram ?

Dans son ouvrage « Notre condition. Essai sur le salaire au travail artistique », Aurélien Catin questionne les débats autour de la réévaluation du travail et cite cette phrase de Silvia Federici au sujet du travail ménager, « Ils disent que c’est de l’amour. Nous disons que c’est du travail non rémunéré. » C’est cet ouvrage, ainsi qu’une actualité nous amenant à cogiter sur la condition des créateur.ices de contenus sur Instagram - artistes et militante.e.s - qui ont inspiré cette newsletter.

14/05/21

Elles disent qu’elles savent ce qu’ensemble signifie

Censored revient sur le concept de non-mixité et l’importance des safe place. « Historiquement, les institutions de domination se sont établies en détruisant les communautés », lisait-on dans Rêver l’obscur de Starhawk. Si les institutions s’acharnent, c’est parce que la non-mixité permet de créer une conscience collective, de raconter d’autres histoires en créant de nouvelles sphères artistiques et culturelles. D’autres esthétiques convoquant d’autres mondes et en repoussant les limites créatives socialement assignées.

07/05/21

Dans la matrice

“Il y a un combat à mener contre une matrice intellectuelle venue des universités américaines”, prévenait la ministre de l’éducation de M. Macron, Frédérique Vidal. Cette « matrice » fait notamment allusion aux études décoloniales et de genre qui n’ont d’autre but que celui-ci : déconstruire. Pour un pays comme la France, brandissant l’exception culturelle, les idées des lumières et le charme à la française, cela implique ceci : faire un examen de conscience face à son histoire coloniale, patriarcale, violente.

30/04/21

Renégocier l’hétérosexualité : la grève d’Olympe de G

Il y a quelques jours nous sommes tombées sur un texte d’Olympe de G, autrice et réalisatrice qui prône une vision plus inclusive, éthique et créative de la pornographie. Dans ce manifeste fort, elle y explique pourquoi, depuis quelques mois, elle a entamé une grève pour renégocier l’hétérosexualité.

Nos magazines
Tous nos produits
Panier 0